FRANCE

Nîmes : sur les traces romaines

Nîmes est une ville située dans le Gard, en Occitanie, à une demi-heure à l’est de Montpellier. Elle possède plusieurs monuments romains et est labellisée ville d’Art et d’Histoire. Incontournable lors de votre séjour dans les environs, vous trouverez dans cet article un itinéraire pour ne manquer aucun monument et profiter de votre journée sur place. Allons-y !

Nîmes

Accessibilité

Nîmes est une ville facilement accessible pour être une étape dans votre parcours ! 

Si vous venez en voiture, notez ces trois accès autoroutiers : A54 en provenance d’Arles, Marseille, Côte d’Azur, Italie / A7 en provenance d’Avignon, Valence, Lyon / A9 en provenance de Montpellier, Narbonne, Perpignan et de l’Espagne. Pour vous garer, plusieurs parkings souterrains sont présents. Mon itinéraire démarre aux arènes de Nîmes, donc il y a le parking des arènes à proximité. Cependant, si vous arrivez suffisamment tôt dans la matinée (avant 10h), il est facile de trouver une place dans les rues alentours. Le stationnement est payant, mais sera moins cher qu’en parking souterrain. 

Si vous souhaitez venir en train, sachez que la gare de Nîmes se situe à 5 minutes à pieds des arènes ce qui vous permettra de tout faire à pieds ! Plusieurs TGV s’y arrêtent, provenant de Paris, Marseille, Bruxelles, Lyon, Lille ou encore Montpellier ce qui facilite l’accès. Aussi, des liaisons en intercités depuis Bordeaux et Toulouse par exemple. Enfin, regardez pour les TER si les trajets sont plus courts entre vos étapes cela peut être avantageux d’un point de vue tarif !

Enfin, l’avion est possible pour nos amis Belges car Nîmes possède un aéroport (à 15kms du centre-ville) et la liaison Nîmes-Bruxelles est présente ! La navette à la sortie vous attendra pour rejoindre la gare, et donc le centre-ville (6,80€ le trajet par personne). 

Où dormir ?

Je vais être honnête, je n’ai jamais eu besoin d’y rester dormir, vivant à une demi-heure de là. Je ne saurais donc vous conseiller un hébergement de manière 100% fiable comme pour les autres destinations ! Je vous réoriente donc vers le site de l’office du tourisme ICI, qui liste tous hébergements possibles. Entre les hôtels, les gîtes, les chambres d’hôtes, les auberges de jeunesse et même les campings je suis certaine que vous trouverez ce qu’il vous faut !

Pass romanité

Pour faire des économies, je vous conseille de prendre le Pass Romanité qui vous donnera accès au Musée de la Romanité ainsi qu’aux trois monuments visitables : les arènes, la Tour Magne et la Maison Carrée. Le pass est valable trois jours à partir de la date d’achat, donc si vous restez plusieurs jours vous pouvez bien entendu étaler vos visites. Il coûte 17 € (au lieu de 27,50 € si vous réserviez séparément les visites). 

Si vous n’avez pas envie de visiter le musée, il existe le même pass avec seulement la visite des monuments (Pass Nîmes), pour la somme de 13 € (au lieu de 19,50 € si vous réserviez les trois accès séparément). 

Vous pouvez prendre votre place lors de votre première visite, ou sur internet ICI.

Itinéraire

Voici l’itinéraire à pieds, pour se plonger au cœur de la ville romaine. A savoir que je n’ai sélectionné que les monuments, mais que je vous conseille fortement la visite du Musée de la Romanité pour découvrir le parcours permanent et voir l’évolution de la ville à travers les siècles ! Si possible, faîtes le en début de journée, avant de démarrer les monuments. Cela vous permettra d’avoir une meilleure perspective de ce que vous verrez la journée. De plus, la partie historique est fascinante, il serait dommage de ne pas la connaître ! L’entrée coûte 8 euros, et la visite dure environ 2 heures, mais pensez au pass romanité si vous voulez tout combiner en faisant des économies. 

Les arènes de Nîmes

Amphithéâtre romain le mieux conservé de tous, les arènes de Nîmes représentent parfaitement l’architecture romaine. De forme ovale, sur 21 mètres de hauteur et grâce à 60 arcades établies sur deux niveaux, les arènes pouvaient accueillir 24 000 personnes lors des spectacles de gladiateurs. Plusieurs galeries souterraines sous la piste formaient les coulisses. Des trappes et un système de monte-charge permettaient de faire apparaître des décors, animaux ou gladiateurs au cours des spectacles.

Lors de votre visite vous pourrez sillonner les arènes de haut en bas, d’un côté puis de l’autre, avant d’aller au centre, sur la piste. Je n’ai d’ailleurs pas résisté au fait de mettre la musique du film Gladiator (“Now we are free”) pour le petit clin d’oeil, même si je n’étais pas dans les bonnes arènes ! Vous trouverez deux petites salles-musées qui ont pour thèmes les gladiateurs (extraits de films, armures et casques…) ainsi que les corridas (tenues des toreros, images…). 

Comptez une petite heure de visite. Si vous avez le Pass Romanité ou le Pass Nîmes, elle est incluse ! Sinon, la visite des arènes seules vous coûtera 10 euros. 

La Maison Carrée (projection de film)

Direction la Maison Carrée ! Pour vous y rendre, depuis les arènes, vous allez traverser le centre historique appelé “L’écusson”. Les magnifiques places de Nîmes s’enchaînent, tout comme les petites boutiques de spécialités culinaires. Vous devriez arriver à la Maison Carrée en moins de dix minutes (si vous ne craquez pas pour du shopping ou une glace !). 

Inspirée par les temples d’Apollon et de Mars Ultor à Rome, la Maison Carrée est le seul temple du monde antique complètement conservé. Elle mesure 26 mètres de long sur 15 de large et 17 de hauteur (donc elle n’est pas véritablement carrée, on est d’accord).  Elle a été tour à tour maison consulaire, écurie, appartement ou même église. Après la Révolution française, elle devient le siège de la première préfecture du Gard, puis est aménagée en archives départementales. Tout cela a permis sa conservation depuis qu’Auguste l’ait imaginée puis construite. 

C’est justement ce qui vous sera expliqué lors de votre “visite”. Des guillemets, car oui, ce n’est pas une visite traditionnelle. Vous assisterez à la projection d’un film de 25 minutes, qui tourne en continue (attendez-vous à un peu d’attente car il y a peu de places à l’intérieur). Le film “Nemausus, la naissance de Nîmes” vous entraîne dans l’histoire de la fondation de Nîmes à travers le destin d’une famille, entre 55 avant J.-C. et 90 après J.-C. Le film remonte ainsi le temps jusqu’à l’époque celte, lorsque la Gaule narbonnaise était en partie occupée par la tribu des Volques. Ce sont eux qui fonderont Nîmes dont ils feront leur capitale. Ils l’appelleront Nemausus, en référence au nom du dieu de la source sacrée auprès de laquelle s’épanouira la ville.

L’entrée est incluse dans le Pass Romanité ainsi que dans le Pass Nîmes. Si vous souhaitez visiter la Maison Carrée seule, il vous faudra débourser 6 €.

Où déjeuner ?

Avec ces deux visites, ou trois si vous avez pris le temps de découvrir le musée, il sera probablement l’heure de déjeuner ! On a toujours cet à priori que les restaurants aux abords des monuments historiques sont souvent chers et bas de gamme. Le restaurant Carré Jazz m’a prouvé le contraire ! Juste derrière la Maison Carrée, ce restaurant nous a tenté pour sa carte variée. De plus, l’accueil a été très appréciable et le personnel aux petits soins en permettant l’ombre à l’aide de multiples parasol (non négligeable sous 40 degrés). 

D’un point de vue nourriture, vous trouverez un peu de tout : salades, viande, tartines, burgers… certes, nous sommes loin d’un restaurant gastronomique mais quand on n’a qu’une seule journée à Nîmes, autant manger “vite et bien”. Le service a été un peu long, je dois l’admettre mais rien d’insupportable. Pour les amateurs de bières, sachez que la carte en propose une sacrée dose ! Des plus connues au plus lointaines, aromatisées ou non, vous aurez du choix !

Les jardins de la fontaine et le Temple de Diane

En plein cœur de centre-ville, c’est presque inimaginable d’avoir de tels jardins. Je vous avoue que je suis tombée amoureuse de l’endroit. Ces jardins ont été construits à la demande du roi Louis XV en 1745, sur un terain de quinze hectares. Son style purement français, ses allées, ses fontaines, ses bancs et ses vases feraient rougir Versailles. Les jardins de la Fontaine figurent dans les premiers jardins publics d’Europe. En arrière-plan, une colline très boisée abrite un sentier pour monter en une dizaine de minutes à la Tour Magne (prochaine étape du parcours).

Mais avant, une petite halte s’impose au temple de Diane, vestige romain niché dans le jardin. On ne connaît pas sa fonction, était-ce une bibliothèque ? une salle de culte ? Peu importe, le charme opère. En partie en ruines, ce petit sanctuaire impressionne par sa salle voûtée. La visite est totalement gratuite, comme l’accès aux jardins d’ailleurs. Immanquable en venant visiter Nîmes !

La tour Magne

Sur les hauteurs des jardins de la fontaine, la tour Magne règne. Il vous faudra marcher environ dix minutes sur le sentier ombragé du Mont Cavalier, parmi les nombreux pins d’Alep, pour y accéder. À la fois édifice de prestige et élément stratégique, la tour octogonale protégeait la ville en la dominant de toute sa hauteur. A l’origine, elle mesurait 18 mètres de haut et était intégrée dans un rempart, mais elle a été doublée de volume et atteint maintenant 36 mètres de hauteur. L’empereur Auguste en a fait un symbole de la puissance romaine. La tour Magne est la seule tour de l’antique enceinte augustéenne restée debout. 

Pour la visiter, il vous faudra grimper un long escalier en colimaçon, assez étroit et vous armer contre le vertige une fois en haut. La vue sur la ville de Nîmes est remarquable ! La visite est incluse dans le Pass Romanité et le Pass Nîmes, mais si vous souhaitez visiter uniquement la tour Magne pour profiter du panorama, il vous faudra débourser la modique somme de 3,50€. 

Le castellum divisorium

Redescendez non pas par les jardins mais par la rue Rouget de Lisle pour arriver en quelques minutes au Castellum Divisorium. Pour alimenter Nîmes en eau, on construit au milieu du 1er siècle après JC un aqueduc de 50 kms dont le Pont du Gard est un témoin encore actuel. A partir de ce bassin circulaire (1,40m de profondeur tout de même), des canalisations en plomb acheminaient l’eau vers les fontaines publiques et les différents quartiers de la cité. Les eaux en provenance de la source d’Eure, à Uzès, arrivaient dans le bassin par une ouverture presque carrée. Une vanne munie d’un cabestan permettait de régler le débit.

Le petit stop ne durera que quelques minutes pour observer le vestige !

La porte Auguste

Poursuivons notre route jusqu’à l’arrêt final : la porte d’Auguste. On termine par la porte d’entrée de la cité, à l’époque (peut-être vaudrait-il mieux faire l’itinéraire en sens inverse du coup ?). Avec la Porte de France, ce sont les deux seules à être encore visibles. L’enceinte nîmoise, datée de 16-15 avant JC, englobait dans un périmètre de 7 kms un espace de 220 hectares. La Porte Auguste, qui était le premier point d’arrivée depuis Arles, se compose de deux arcades centrales destinées aux véhicules, encadrées de deux arcades plus petites pour les piétons. A l’origine, la porte fortifiée était flanquée de deux tours, mais celles-ci ont disparu.

Vous ne pourrez pas approcher les arcades, le vestige est protégé par une barrière et un côté grillagé. La statue d’Auguste surplombe le lieu, comme pour souhaiter la bienvenue (ou un bon retour, comme dans notre cas). 

Et si on poursuivait la balade, hors monuments romains ?

Traversons les petites ruelles piétonnes pour rejoindre la place d’Assas, en passant par la chapelle Sainte-Eugénie de Nîmes. La façade de la chapelle est incroyablement jolie et se démarque de part sa couleur dans le rue. Cet édifice catholique est le plus vieil édifice religieux de la ville, datant à priori du 1er siècle après J.C. (mais la date exacte n’est pas connue). Je ne suis personnellement pas entrée à l’intérieur, mais de l’extérieur, la façade est surprenante. 

Cette fois, cap sur la place d’Assas. Cette petite place mérite le coup d’œil et est très agréable. De part et d’autre de l’espace central, deux fontaines à tête humaine mêlent leurs eaux pour former un bassin central circulaire d’où émergent quatre colonnes et deux statues sacrées au sein d’une fontaine. La tête féminine à l’est représente Némausa, la source originelle de Nîmes, l’autre le dieu Nemausus force virile de la ville. La place est bordée d’un côté par des terrasses de cafés et de restaurants, alors n’hésitez-pas à vous arrêter pour un petit rafraîchissement.

Et voilà, nous avons fait le tour de Nîmes, avec un itinéraire consacré aux vestiges romains et à l’histoire de cette magnifique ville. N’hésitez pas à partager, commenter l’article, je compte y retourner bientôt alors je ne suis pas contre découvrir de nouvelles choses ! A bientôt !

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *